Réunion

Réunion Sécurité Routière, le jeudi 23 Novembre 2017

r35192_4_securite-routiere-nov2017-2

crédit photo : Académie de Toulouse – DSDEN des Hautes-Pyrénées

La Préfecture des Hautes Pyrénées a organisé à Lourdes dans le lycée Sarsan, une réunion où tous les référents sécurité routière du département étaient invités.

Il y avait également toutes les associations de prévention et de sécurité routière qui interviennent dans les collèges et les lycées.

Il s’agissait de La Prévention Routière, la Prévention MAIF, Vie Libre, l’ANPAA 65 et notre association.

La Directrice de Cabinet, en compagnie de la Coordinatrice sécurité routière, ont présenté un diaporama sur l’accidentologie départementale suivi du film de prévention « l’annonce », (court-métrage/documentaire de la campagne de sécurité routière du ministère de l’intérieur).

 

Un tour de table nous a permis de présenter notre association et proposer nos services à la Préfecture des Hautes Pyrénées, dans les établissements scolaires.

Nous avons constaté que la Préfecture des Hautes Pyrénées était impliquée dans les établissements scolaires du département.

Madame Béatrice Lagarde, Préfète des Hautes Pyrénées attache de l’importance à l’éducation routière en milieu scolaire, dès le plus jeune âge.

Les référents sécurité routière ont exposé les différentes opérations qui ont été menées dans leurs établissements.

La Gendarmerie nationale et la Police nationale ont fait un compte rendu de leurs interventions en milieu scolaire.

Nous pouvons saluer le travail réalisé par les forces de l’ordre auprès de tous ces jeunes qui vont devenir des futurs usagers de la route.

Malgré les charges de travail au quotidien, les forces de l’ordre font un travail exemplaire auprès de nos jeunes.

La matinée a été clôturée par Monsieur l’Inspecteur d’Académie qui a remercié l’ensemble des participants par leurs implications dans les établissements scolaires.

Nous remercions Madame Lagarde, Préfète des Hautes Pyrénées, ses collaborateurs, les enseignants, les forces de l’ordre et toutes les associations qui s’impliquent dans la sécurité routière dans le département des Hautes Pyrénées.

Personne ne pourra dire que l’Etat ne fait pas de la prévention auprès de nos jeunes.

Francis Gonzalez
Président de SVR65

 

Rencontre

rencontre2

portrait-rencontre

Nous avons rencontré le 03 Novembre 2017, Monsieur le Député, à la permanence parlementaire de Bagnères de Bigorre. Nous lui avons présenté notre association et remis un dossier sur des accessoires d’une extrême dangerosité installés à l’avant de certains véhicules. À cette occasion, nous lui avons posé quelques questions.

Nous avons commencé par une présentation des différents rôles que joue notre association dans le domaine de la sécurité routière (prévention) mais surtout de son caractère humanitaire et social dans le soutien d’aide aux victimes et familles de victimes de la route.
Acquiescer est une chose, comprendre en est une autre.
Durant la présentation de nos objectifs, Monsieur le Député nous a régulièrement questionnés afin de découvrir les nombreuses difficultés que peuvent rencontrer les victimes.

Par la suite, nous lui avons présenté le dossier Pare-buffles en lui montrant des exemples photographiés de véhicules équipés d’accessoires non homologués et non conformes à la circulation (pare-buffles tubulaires, tranchants, lames de VL Tuning, etc.).

Jean-Bernard Sempastous : « Ma mission de Député est différente de celle que j’avais lorsque j’étais Maire de la commune, mais tout autant passionnante, cela me permet de rencontrer des associations comme la vôtre, qui œuvre pour le bien de nos concitoyens. »

SVR65 : Dans le cadre de vos fonctions, que pensez-vous de l’utilité de laisser installer ces accessoires dangereux ?

Jean-Bernard Sempastous : « Je ne connaissais pas cette réglementation à propos des accessoires supplémentaires. Cependant, je suis très surpris de constater qu’une réglementation n’est ni appliquée, ni respectée.
C’est quelque chose qui me gêne. Il faut que l’Etat joue son rôle malgré la pression des lobbies, un piéton accidenté par un véhicule équipé d’un treuil (Nous venions de lui monter l’album photo où sont représentées des photos de pare buffles. Il y avait un 4x4x équipé d’un pare-buffle et d’un treuil qui dépassait bien du pare-chocs) à l’avant est inacceptable. »

SVR65 : Accepteriez-vous de soutenir notre dossier et faire tout ce qui sera en votre pouvoir pour faire modifier la loi sur ce sujet ?

Jean-Bernard Sempastous : « Oui, je vous accompagnerai, vous avez besoin de Députés sur le terrain qui connaissent déjà la problématique. Mon rôle est aussi de sensibiliser mon entourage politique, c’est quelque chose qui peut arriver à n’importe qui, un proche, un concitoyen…C’est comme cela que l’on peut faire réagir. »

SVR65 : Que pensez-vous de faire appliquer en France, la même loi relative à l’homicide routier qu’en Italie ?
Rappel : Il appert que suite à des condamnations de chauffards qui purgent une peine effective de prison soit très rare. Cette association propose de légiférer sur une loi qui aurait pour objet de supprimer le dispositif d’aménagement des peines pour les auteurs d’un délit d’homicide involontaire par conducteur. En conséquence, revoir les articles 723-15 du Code de Procédure Pénale (c’est un passage du courrier que nous avions transmis à Monsieur le Député, dans lequel il y avait quelques questions afin qu’il ait le temps de préparer les réponses).

Jean-Bernard Sempastous : « Je suis prêt à m’intéresser au contenu de cette loi afin de l’étudier. Cela n’a rien de comparable, mais l’Italie a été un pays précurseur concernant la loi anti-tabac dans les lieux publics. Elle a réussi à modifier les mentalités car aujourd’hui, plus personne ne la remet en cause. Si l’Italie a réussi, nous avons le potentiel pour le faire également… »

SVR65 : Accepteriez-vous de vous rapprocher de Madame Pelsez, Déléguée Interministérielle à l’aide aux victimes, afin de voir avec elle comment vous pourriez légiférer autour de ces lois en particulier et de l’ensemble des propositions faites par ce collectif associatif ?

Jean-Bernard Sempastous : « Oui, avec votre accompagnement, bien sûr. »
« Votre appui en tant que technicien sur l’aide aux victimes ainsi que sur la sécurité routière est nécessaire car c’est votre domaine. Si vous avez besoin de mon aide, je peux la rencontrer pour qu’elle donne son interprétation à ce sujet. Je vous propose aussi de vous rapprocher d’autres Députés LREM afin que l’on puisse discuter ensemble de vos projets concernant ces lois. Egalement, c’est en jumelant les associations départementales avec les associations nationales qu’il y a des remontées au Gouvernement et je suis particulièrement demandeur de ce type de démarches.

C’est en étant unis que l’on peut faire avancer les choses, je suis donc prêt à vous aider. »

A l’issue d’un entretien de 40 minutes, nous avons remercié Monsieur Jean-Bernard Sempastous, et sommes sortis prendre une photo en lui donnant rendez-vous pour l’aider à constituer un dossier sur toutes les propositions du collectif associatif de Moulins (03).

portrait-rencontre2